Migrer WordPress en local (Année 2017) !

Migration en local de WordPress

L’installation de WordPress est simple et assez rapide, peu importe si c’est chez un hébergeur ou directement en local chez vous. D’ailleurs, chaque offre d’hébergement sérieux propose toujours gratuitement l’installation de WordPress. Néanmoins, le souci se pose lorsque vous voulez déplacer ou copier un WordPress existant vers votre pc. Migrer WordPress peut devenir une vraie prise de tête, surtout si vous vous contentez de faire un copier-coller du répertoire de WordPress :). Dans cet article, je vous donne la procédure manuelle pour migrer rapidement et efficacement votre site sur votre pc !

Migrer WordPress à la main

Il existe des plug-ins WordPress qui permettent de faire migration encore plus facilement comparée à la procédure qui va suivre. Cela demande quand même l’installation d’une extension et toute une configuration/prise en main que je n’aborderai pas dans cet article. Si vous êtes à l’aise avec la technique et que quelques lignes de codes ne vous font pas peur, la méthode que je présente ici fonctionne parfaitement.

Normalement à chaque fois qu’on touche une base de données ou les fichiers de WordPress, je dirais : faites une copie de votre WordPress et votre base de données !!!!! Mais comme on ne touche pas à l’installation originale, il n’y a pas de soucis.

Je considère que vous avez déjà un stack XAMP sur votre pc pour faire tourner des sites internet. Passez ici et ici si vous ne savez pas de quoi je parle :).

Récupération des fichiers

Pour commencer, faites la récupération de tout le dossier WordPress que vous voulez migrer, généralement par un logiciel FTP.

Récupérez également la base de données soit avec PHPMyAdmin de votre hébergeur, soit avec à un plug-in du style BackWPup.

Une fois vos fichiers récupérés, déplacer le dossier WordPress vers la racine de votre hébergement local. Pour le cas de XAMPP, c’est dans le dossier « htdocs ». Vous pouvez créer un dossier qui contiendra tout le contenu de WordPress si vous vous servez déjà de votre hébergement local pour d’autres sites web.

Pour l’exemple, ma copie en local s’appelle « code-cool-test » et se situe donc dans « htdocs » ce qui donne « htdocs/code-cool-test ».

Nouvelle base de données

Connectez-vous sur le PHPMyAdmin de votre hébergement local et créez une nouvelle base de données :

Nouvelle base de donnèes sur PHPMyAdmin

Ensuite, spécifiez le nom de votre nouvelle base de données et appuyez sur le bouton « créer » :

Création de base de données sous PHPMyAdmin

Pour moi, la base de données s’appellera aussi code-cool-test.

Importation de la base de données originale vers la nouvelle

Passons à l’importation, assurez-vous d’être bien sur la nouvelle base de données et cliquez sur l’onglet « Import »

Appuyez sur le bouton « Parcourir » et sélectionnez le fichier que vous avez récupéré lors de l’export de votre base de données. Enfin, appuyez tout simplement sur le bouton « exécuter » plus bas pour lancer l’importation.

Page d'importation de PHPMyAdmin

Voilà, WordPress est installé et accessible sur votre pc. Mais ce n’est pas fini ! Il reste des réglages importants à faire. Si vous tentez d’accéder à votre site là maintenant, cela ne marchera pas du tout.

Ne quittez pas PHPMyAdmin, on va s’en servir par la suite.

Configuration du fichier « wp-config.php » de WordPress

On va commencer par régler l’accès à la base de données de WordPress, vu que vous avez créé une base de données spécialement pour lui, il lui faut indiquer les nouveaux identifiants.

Allez dans le répertoire de votre WordPress et ouvrez le fichier « wp-config.php » avec un simple éditeur de texte comme bloc-note. Repérez les 4 lignes de codes define qui ont DB_NAME, DB_USER, DB_PASSWORD et DB_HOST.

Réglez-les en modifiant le deuxième paramètre :

  • DB_NAME doit prendre le nom de la nouvelle base de données. Dans mon cas, c’est « code-cool-test ».
  • DB_USER et DB_PASSWORD sont les identifiants de votre base de données. Par défaut, le DB_USER de la base de données de XAMPP est à « root » et il n’y a pas de mot de passe.
  • DB_HOST, c’est l’adresse où il va chercher la base données. Comme tout est en local, il faut aussi la changer. Mettez soit « 127.0.0.1 » soit « localhost », dans les deux cas ça fonctionne et cela indique à WordPress de chercher la base de données sur votre PC.

fichier config de WordPress

Remplacement de toutes les anciennes adresses

OK, le plus gros a été fait, mais il reste encore quelques manipulations à faire, et ça se passe maintenant dans la base de données !

Il va falloir rechercher toutes les adresses pointant sur votre nom de domaine et les rediriger vers votre PC. Pour ça, on va s’aider d’un outil qui s’appelle « Search And Replace DB » que vous pouvez télécharger ici.

Search And Replace DB est un outil qui permet tout simplement de rechercher une valeur dans toutes les tables d’une base de données et de la remplacer par une autre.

Dézippez-le et mettez le dossier dans la racine de votre XAMPP. Changer le nom du dossier dézippé pour que l’accès soit plus facile. Pour mon cas, ça sera « search-DB ». On accède à cet outil comme on accède à WordPress.

Pour moi, c’est « 127.0.0.1/search-DB ». Vous devriez tomber sur une page avec plein de champs à renseigner.

Page de Search And Replace DB

Mettez les informations qui correspondent à votre cas. Pour ma part, je migre WordPress qui est situé à l’adresse « algocool.fr » vers mon pc. Comme j’ai déplacé les fichiers dans un dossier qui s’appelle « code-cool-test » je le mets également dans le champ ce qui donne « 127.0.0.1/code-cool-test ».

Appuyer sur le bouton « update details » pour charger les modifications, ensuite sur « dry run » pour lancer une simulation et enfin « live run » pour effectuer le remplacement.

Désactivation des plug-ins

Deuxième manipulation dans la base de données, et ça ce fait cette fois-ci grâce à PHPMyAdmin.

Il va falloir désactiver tous les plug-ins, car ils peuvent gêner. L’hébergement a changé,  les plug-ins de sécurité et de mise en cache sont ceux qui posent le plus de problèmes lors d’une migration.

Pour ça, sélectionner votre base de données dans PHPMyAdmin et cliquer sur l’onglet « SQL ». Dans le champ, tapez cette ligne de code :

UPDATE "préfixe"_options SET option_value = 'a:0:{}' WHERE option_name = 'active_plugins';

Remplacez le « préfixe » par le préfixe de vos tables. Chaque table commence par un préfixe qui unique à chaque installation WordPress. Si par exemple vous avez une table qui s’appelle « glt854_posts » alors le préfixe est « glt854 ». Prenez le préfixe de votre nouvelle base de données et non l’original !

Pour mon cas, ça donne ça :

Onglet SQL de PHPMyAdmin

Appuyez sur le bouton executer en bas à droite et voilà !

Traitement SQL effectué avec succès

Attention, cette manipulation ne fonctionne que pour les versions WordPress les plus récentes. Si vous utilisez une vieille version, cela pourrait ne pas fonctionner.

Votre WordPress en local est maintenant accessible !

Enlever .htacess (facultatif) !

Il se peut que vous ayez un fichier .htaccess configuré pour la sécurité, le problème c’est qu’il est réglé pour l’hébergement en ligne et pas en local. Si jamais vous avez encore quelques problèmes d’accès, supprimez-le de votre installation WordPress ou renommez-le pour qu’il n’agisse plus sur votre site.

Le dernier détail !

Pas si vite, il reste encore un truc à faire ! Le réglage des permaliens !

Les permaliens sont eux aussi configurés sur votre hébergement en ligne. Il va falloir les changer pour que tous vos pages et articles soient accessibles. Pour ça, il va falloir les rafraîchir dans le tableau de bord de WordPress et donc il va falloir se connecter dessus.

La grande majorité des liens ne fonctionne plus, même ceux pour se connecter. Mais pas de panique, wp-admin et wp-login.php reste accessible. Connectez-vous et allez dans « Réglages » puis « Permaliens ». Il n’y a plus qu’à appuyer sur le bouton « Enregistrer les modifications » et les permaliens se rafraîchiront tout seuls !

Tout devrait être OK ! La migration de votre WordPress en local est faite ! N’oubliez pas de réactiver tous les plug-ins ! 😉

Partager l’article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.